Home / Economie / Serigne Mboup demande la «levée des contraintes»: Libre circulation/Cedeao 

Serigne Mboup demande la «levée des contraintes»: Libre circulation/Cedeao 

La tenue d’un forum sur «l’investissement dans l’espace Cedeao : opportunités et contraintes pour le secteur privé du sud» dans le cadre de la Foire Internationale de Kaolack (Fika) a servi de cadre à Serigne Mboup, président du Comité de pilotage de cet évènement pour inviter les Etats membres de la Cedeao à se mettre autour de la table. A cette rencontre présidée par Mme Khoudia Mbaye, ministre chargée de la Promotion des Investissements et des Partenariats économiques en présence du chargé d’Affaires de l’Ambassade de la République Fédérale du Nigéria à Dakar, M. Mboup a fait état de l’immense potentiel d’investissements qui reste à développer au sein de ce cadre d’intégration économique».

Devant le parterre de personnalités, M. Mboup, par ailleurs président de la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Kaolack (Cciak) de rappeler que l’objectif visé par ses collaborateurs et lui à travers cet évènement, est d’ «attirer tous les investisseurs européens, asiatiques et américains dans notre pays à l’instar du rapprochement avec le secteur privé nigérian. Pour ce faire il nous faut travailler, Madame le ministre, à lever certaines contraintes jurant avec les principes sacro-saints de la libre circulation des personnes et des biens au sein de la Cedeao. Car, il est aujourd’hui plus facile pour un pays de cette communauté économique de faire des affaires avec un pays européen, asiatique ou américain qu’avec un autre pays membre».

Selon lui, la conviction  des organisateurs «est que l’intégration au sein de cet espace se fera avec les secteurs privés nationaux appuyés par leur gouvernement respectif ou ne se fera pas. Pour avoir été au Nigéria récemment dans le cadre de la préparation de la Fika, j’ai pu mesurer personnellement les opportunités en la matière, notamment sur le secteur des transports aériens concernant les lignes intérieures. C’est le cas aussi des hydrocarbures où l’expérience du Nigéria dans le domaine de l’exploitation du pétrole et de la pétrochimie peut servir utilement le Sénégal avec les découvertes encourageantes d’énergie fossile dans notre pays», conclut-il.

Youssoupha MINE

Auteur: Youssoupha MINE – Seneweb.com

Check Also

Mansour Elimane Kane, ministre du Pétrole: « Nous n’avons plus de temps à perdre avec les petites compagnies qui vont trouver puis chercher à revendre »

Après la révision du code pétrolier qui est en cours, le Sénégal ne va plus …

Côte d’Ivoire: crash d’un hélicoptère à Abidjan, plusieurs personnes…

Abidjan a été le théâtre d’un accident grave et spectaculaire ce jeudi 14 décembre au …

La Gambie dément avoir signé un accord pour faire renaître « un empire russe » sur ses terres

L’empire des Romanov ne renaîtra pas sur les terres gambiennes. Les autorités de Banjul ont …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *