Home / Faites-Divers / France: La loi asile et immigration adoptée

France: La loi asile et immigration adoptée

Au septième jour, les débats passionnels sur le projet de loi « asile-immigration » se sont achevés dimanche soir à l’Assemblée nationale par le vote du texte en première lecture.

Après 61 heures de joutes enflammées et un millier d’amendements examinés mais très peu adoptés, le projet de loi « pour une immigration maîtrisée, un droit d’asile effectif et une intégration réussie » a finalement été voté, dimanche 23 avril, en première lecture par 228 voix contre 139 et 24 abstentions.

Les Républicains et toute la gauche (socialistes, communistes et « Insoumis ») ont voté contre, tout comme les députés FN.

Au sein du groupe LREM, seul l’ex-socialiste Jean-Michel Clément a voté contre et aussitôt annoncé son départ du groupe, conscient d’avoir « enfreint les règles » du groupe majoritaire.

Quatorze autres LREM ont cependant exprimé leur désaccord avec le texte en s’abstenant. Une députée MoDem, Nadia Essayan, a également voté contre, et huit autres centristes se sont abstenus.

Ce « week-end un peu particulier à Paris », selon le président du groupe MoDem Marc Fesneau, est inédit (hors budgets) depuis l’homérique bataille du « mariage pour tous » de 2013.

Présent quasiment de bout en bout et défendant avec vigueur son texte « face à des hommes et des femmes de convictions », le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a salué l’adoption d’un « texte juste ».  Dès lundi soir, il avait plaidé « l’urgence à réagir » pour limiter « une immigration massive » et « en même temps » garantir le droit d’asile, « sacré ».

Le texte vise à réduire à six mois, contre onze aujourd’hui, l’instruction de la demande d’asile. Objectif affiché: faciliter à la fois l’expulsion des déboutés et l’accueil des acceptés. La rapporteure Elise Fajgeles (LREM) a souvent insisté sur une « ligne de crête », entre « exigence de pragmatisme » et « humanité ».

Des oppositions combatives

Extrêmement combatives, les oppositions (LR, FN et gauche) ont fait prolonger des débats enflammés.

Critiquant une « petite loi » d’une majorité « immigrationniste » et des « pudeurs de violette » du ministre, les Républicains ont bataillé pour durcir le texte, avec 323 amendements, tous rejetés par une majorité « sectaire », dans le sillage des propositions très droitières de Laurent Wauquiez cette semaine. Et LR de demander, plusieurs dizaines de fois, s’il y avait « un plan caché pour régulariser 40 000 étrangers en situation irrégulière ».

La présidente du FN Marine Le Pen a, elle, fustigé une « loi d’organisation d’une immigration supplémentaire » et raillé le patron de LR Laurent Wauquiez, « mis sous (s)on aile, en quelque sorte » avec les propositions de son parti.

« LR et FN tristes alliés d’une droite dure et extrême. Mêmes mots, mêmes arguments, même opposition à tous droits des migrants », a commenté Matthieu Orphelin (LREM).

Vent debout contre une loi « inhumaine », la gauche a combattu des « régressions », comme le doublement de la durée maximale de rétention, portée à 90 jours, avec la possibilité maintenue « d’enfants derrière les barbelés ». « Une loi qui fait de l’étranger un suspect », selon la communiste Elsa Faucillon. La gauche a régulièrement accusé LR de « jouer à l’idiot utile du macronisme et faire passer une loi extrême pour une loi équilibrée ».

L’une des mesures phare, la réduction de moitié du délai d’appel à 15 jours après rejet d’une demande d’asile, a été votée par le FN (inhabituellement presque au complet dans l’hémicycle), un « tournant » historique selon Olivier Faure (PS).

Commentaires

commentaires

Check Also

« Indigné »

« L’histoire de chaque homme est sacrée, tout homme est fait à l’image de Dieu. » Constitué …

Macky Sall: « Je n’ai pas peur d’adversaires et d’être jugé’’ par les sénégalais »

Le chef de l’Etat, Macky Sall, a affirmé vendredi qu’il n’avait pas peur de ses …

Hommage à Kassé Mady Diabaté, le « maître de la parole » mort à 69 ans

Considéré comme l’un des chanteurs légendaires d’Afrique de l’Ouest, le griot malien s’était confié à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *