Home / Contribution / Contribution: Polémique de Jakaarlo: Degueunetaan leçon de langage à Songué…

Contribution: Polémique de Jakaarlo: Degueunetaan leçon de langage à Songué…

“Nous devrions porter plainte parce que vous faites tout pour que nous vous violons, et quand nous vous violons , nous allons en prison et vous qui avez tout fait pour qu’on vous viole, vous continuez à être libres. J’assume pleinement et entièrement ce que je dis, je coupe la poire en deux, le pauvre qui est tombé dans le panneau prendra 10 ans et celle qui a tout fait pour être violée continue à être libre. Même au sein de la maison, celle qu’on a violée, c’est celle qui a des formes généreuses ».Ces propos rapportés sous la forme d’un discours direct rapporté sont ceux du professeur Songhé Diouf qui lui ont valu d’être l’objet d’une citation directe le 27 avril 2018.
Professeur lorsque j’analyse vos propos je mets en doute vos tergiversations justificatives à postériori qui n’ont fait que vous enfoncez davantage dans cette boue de l’apologie du viol.Dans le dernier “Jakaarlo” du vendredi 16/03/2018 vous ne m’avez pas convaincu.Lorsque vous estimez en être plus redevable, à votre fan’s club qu’à l’opinion des femmes et des hommes choqués de vos maladresses énonciatives vous faites une provocation supplémentaire. Vous limitez le champ de compréhension et d’analyse de vos propos fielleux dans une sorte d’entre-deux entre WAXIN et DEGE DEGIN (le dire et l’entendement ). Et vous concluez du haut de votre grandeur de philosophe que c’est l’auditoire au ras de sa petitesse cognitive qui a manqué de jugeotte,qui a  eu tort de n’avoir pas été capable de faire une exégèse heuristique de votre discours. Vous vous êtes trompé car l’opinion n’est pas bête,elle pense,elle est même savante parce que informée des compromis juridiques,moraux et discursifs qui encadrent ce sujet de société extrêmement sensible.Cette opinion qui est à vos trousses est,en toute modestie,me semble t-il trés préparée à distinguer de subtiles niaiseries avec des lumières venant d’une réflexion de haut vol. Vous avez eu tort de penser que vous vous adressiez à une opinion virtuelle,distraite et laxiste au point de ne jamais s’étonner de rien.Allez-y lire ou relire Hans Robert Jauss, Esthétique de la réception et vous comprendrez que l’opinion peut être plus éclairée que n’importe qui sur sa production intellectuelle.Par conséquent vous n’avez pas le monopole de la compréhension de votre pensée,dés lors que vous l’avez médiatisée,car nous sommes capables de l’analyser comme élément de reflet superstructurel afin de maitriser ses tenants et ses aboutissants. Je ne saurais vous défendre si brillant que fut votre intellection dans d’autres sujets.Si on se fonde sur le système énonciatif en tenant compte de la situation d’énonciation,il apparait clair que l’analyse des indices de personne (nous,vous,on,j’,je) et de subjectivité vous ont fait massivement entrer dans le discours,et sous ce rapport vous n’êtes plus l’analyste neutre dont vous vous prévalez,Ce nous que vous avez utilisé n’est pas celui de la modestie,il a une valeur de sustitut et il renvoie à tous les violeurs qui justifient leur abomination par le fait d’avoir succombé à des formes généreuses impudiquement exposés.Et que chaque fois que nous voyions une femme bien galbée et bien fournie,nous devons penser à la déshabiller physiquement pour lui imposer un rapport sexuel violent et non consenti.Je fais la paraphrase du viol.Et même si c’était une raison qui peut pousser des malades libidineux, à commettre ce crime de chair,la société civilisée mise sur les hommes qui sont pétris de moralité et de décence pour savoir que cela ne saurait justifier aucun viol.Même si une femme se promenait en tenue d’Eve,personne n’aurait le droit de la violer,à plus forte raison une citoyenne sensée qui s’assume vestimentairement.Donc toutes les démentes qui trainent dans les rues et qui sont violées par des criminels malades le méritent?Vous êtes dans le parti pris,car vous tenez cette raison comme pertinemment justificative de certains cas ce viol.Or un viol ne peut jamais être justifié.Vous vous seriez tenu à l’observation et à la remarque de l’analyste,on aurait compris.Mais quand vous renchérissez, quand vous dites que “”j’assume pleinement et entièrement ce que je dis….”.La redondance adverbiale est un modalisateur incontestable attestant votre assumation subjective d’un point de vue qui vous est  propre,ce que vous avez réitéré dernièrement, ou dont vous êtes délégataire sans prendre la distance qui édifierait sur votre sincérité.L’emploi du je relève aussi du renchérissement qui montre votre assurance et votre confiance en ce point de vue que vous défendez au point même de dire que vou”coupez la poire en deux”.Il s’agit professeur de quelle poire?Car la poire est un fruit délicieux.Votre métaphore même ,de façon inquiétante peut me permettre d’ouvrir un autre débat.Mais je ne le ferais pas.Parce que cette figure euphémistique que vous utilisez pour ne pas nommer le viol et l’acte qui le constitue met en rapport une équation comparative ou le métaphorisé et le métaphorisant renvoient au viol,aux violeurs,à la responsabilité subséquente…et à la jouissance.Cette valeur de substitut représentant cette catégorie de violeurs avec ceux qui leur trouvent des justifications est reprise de façon inconsciente dans l’emploi du “on” ,qui cette fois-ci, a une valeur inclusive restreinte,celle-la qui vous inclut avec le collectif de violeurs que vous êtes sensé représenter.Monsieur le philosophe,vous vous êtes fortement impliqué.VOTRE ET “NOUS”ET VOTRE”ON” ne sont pas indéfinis comme vous le dites à postériori.Rien dans la texture de votre discour ou dans les idéologèmes fodamentaux qui le structurent ne vous dédouanent pour faire penser que vous refusez de vous engager personnellement,ou que vous présentez ces idées sous le mode général comme simple porte-voix en effaçant les marques de ta personne.L’absence des indices de subjectivité et de personne pouvaient édifier sur votre objectivité et vous préservez de ce que certains qualifient de procés d’intention ou d’incompréhension à cause de cette volée de bois vert et d’articles au vitriol qui s’abattent sur vous depuis ce vendredi noir.Aussi le “vous” que vous utilisez pose problème,car finalement il concerne toutes les femmes dans une logique aristotélicienne.Si ce sont les femmes qui sont victimes de viol parce qu’elles exposent leur corps,on peut vous rétorquer alors que toutes les femmes en puissance sont susceptibles d’être violées,car nous savons que la raison que vous avez alléguée pour justifier le viol est réductrice et ne peut expliquer tous les cas de viol.C’est pourquoi votre perspective unilatéraliste parait tendancieuse pour tous ceux qui sont choqués par vos propos.Finalement était-il dificile de dire que le port de tenue indécente peut entrainer une incitation au viol.Et puis cher professeur ce n’est pas à vous,maitre du logos, que nous allons apprendre le caractère alèatoire du discours et de sa redoutable matérialité une fois que nous l’avons proféré.Nous devons comme nous l’apprends M.Foucault dans L’Ordre du discours,leçon inaugurale au Collège de France que chaque fois qu’il faudra prendre la parole il faudra penser à ses effets imprévisibles et chercher à en conjurer les aléas.Professeur,présentez vos excuses et passez à autre chose.Certainement yag bawoul dara,faisons confiance au temps qui finira par nous faire passer à autre chose.

Alioune SECK

Gabon

abdoubargny@bargny

aseckaane@yahoo.fr

Check Also

Contribution: Abdoulaye Bathily raconte des contrevérités !

Nous membres du MEER départemental de Bakel, regrettons amèrement les propos injustifiés et partisans du …

Contribution: Khalifa out, so what (et après) ? (Oumar Faye)

Dans ma contribution datée du 23 mars 2018, j’écrivais ceci « Pour écarter des opposants, il …

Candidat Indépendant éliminé en 2012, je soutiens le parrainage(Dr. Abdourahmane Sarr)

J’ai été par deux fois candidat indépendant à des élections dans mon pays, présidentielles et …